Des sculptures pour mettre en lumière l'atelier de Rouillac

07/12/2012

Des sculptures pour mettre en lumière l'atelier de Rouillac

Ces deux-là, l'artiste et l'artisane d'art, ne pouvaient pas se manquer, tellement leur vision de l'art semble se confondre. Aussi passionnés l'un que l'autre, Emmanuel-Pierre et Virginie Cobérac s'entourent tous deux d'excellence. Que ce soit concernant le choix de la matière, le soin du travail, ou la qualité du résultat obtenu.

Emmanuel-Pierre est sculpteur de son état, mais également photographe et tout dernièrement dessinateur. L'artiste se met en quatre pour partager sa passion et son art avec son interlocuteur. Il a travaillé les formes abstraites de ses débuts sous l'influence du roumain Brancusi ou du Britannique Henry Moore, aujourd'hui dit-il, «Je suis dans les contrastes». Sous l'influence du Français Henri Étienne-Martin.

Témoin, sa «Vierge à l'enfant» façonnée dans un bois vieilli pour traduire la mère usée par le temps, pendant que l'enfant est travaillé dans une matière pure et neuve, laissant deviner sa fragilité.

Tout aussi à l'aise avec la pierre, le bois ou le métal, Emmanuel-Pierre transcende la matière pour travailler ses sujets.

«Je donne tout lorsque je travaille mes pièces, confie l'artiste, il me faut une grande concentration et je suis presque en transe pendant une création».

Perfectionniste, Emmanuel-Pierre compose ses oeuvres à la manière d'un poète ou d'un musicien, pour les faire vivre.

L'exposition se poursuit jusqu'au 31 décembre

«J'accompagne mes œuvres, et ensuite les visiteurs se les approprient, elles auront une autre vie, elles ne m'appartiennent plus». Tous les artistes envisagent ainsi l'avenir de leurs oeuvres. Tout comme Virginie Cobérac, qui accueille le sculpteur dans son atelier «Caréboc» à Rouillac, laisse partir avec regret les fauteuils qu'elle restaure, car elle s'y attache. «Mais je sais aussi qu'ils entament une autre vie», affirme la jeune tapissière. La présence du sculpteur que Virginie Cobérac a voulue dans son atelier, qui se métamorphose ainsi en galerie, met en valeur les fauteuils et donne du relief à ses restaurations. L'approche pourrait être: venez essayer mes fauteuils pour admirer les sculptures d'Emmanuel-Pierre. Installé chez «Caréboc» depuis fin novembre, Emmanuel-Pierre poursuit l'exposition jusqu'au 31 décembre.

Le vernissage a lieu ce soir dès 18h. La galerie est ouverte aux heures d'atelier, du mardi au samedi, de 10h à 12h30 et de 15h à 19h30.

Voir l'article

Top